Prospective et recherche en territoire

La position du passager. Géopédies. Le projet ÉLISÉE. Sentipensées.

Prospective et recherche en territoire

Inventer des possibles en territoire, c'est regarder d'abord autour de soi, tenter de comprendre les attachements qui lient des habitants à leur milieu de vie : la représentation qu'ils s’en font, celle de la place qu’ils y occupent, les relations qu’ils y nouent.

C’est aussi, pour Citerr, construire des hypothèses de recherche et apprendre auprès d'autres savoirs pour le regarder avec un œil neuf et fabriquer de la puissance d'agir.

La position du passager

Landes de GascognePaysages artefactuelsPhotographies

2019 →

Dans la logique spatiale des infrastructures routières et ferrovières, le territoire ne se présente pas face à soi. Il est distribué sur les côtés, à gauche et à droite. Il ne défile pas, il est juste longé.
D’administratif et géographique, le territoire se fait monde parallèle. Pour le saisir, il faut décélérer, introduire du perpendiculaire, de l'oblique, du discontinu.

C'est le rôle de la prise de vue et du format panoramique choisi. Les limitations techniques de l’appareil utilisé s'ajoutent aux contraintes de la vitesse et de l’habitacle pour produire des territoires calculés, décélérés.

Territoires décélérés

Route de Labouheyre — Commensacq — 16:12 — 19.09.2021

Géopédies

Landes de GascogneRelevés photographiques

2018 →

Les Géopédies sont des Trajections* pédestres.
La foulée, la respiration et l'attention y rythment l'apprentissage des milieux et les rencontres avec leurs génies.

Elles sont des temps d'immersion discrète, de prises de notes, d'enregistrements sonores ou photographiques, de prélèvements pédologiques.

Base essentielle de nos enquêtes en territoire, elles contribuent aux recherches engagées ou en amorcent de nouvelles.


* Le mot Trajection est un néologisme forgé par le géographe français Augustin Berque pour désigner les jeux d'interactions réciproques entre un être vivant et son milieu de vie.

Géopédies

Lac de Bousquey — 02.09.2021

Programmes de recherche 2022-2024

Le projet ÉLISÉE

Landes de GascogneGéographie spéculativeBio-monitoring

2022 →

Nous vivons dans des temps concaténés, emboutis.
Les scénarios, enquêtes et histoires contrefactuelles conçus dans le cadre du projet Élisée, visent à les déplier en variant nos systèmes et techniques de représentation pour ouvrir d'autres devenirs. Ils se basent sur des recherches récentes en biogéographie et géohistoire du plateau aquitain.

Les paléoenvironnements, paléofaunes et l'histoire profonde des peuplements humains des Landes de Gascogne et de ses paysages subtils refont surface et sont réinterprétés à l'aune d'un présent qui a déjà basculé dans le futur.

Élisée est le prénom du géographe anarchiste français Élisée Reclus (1830-1905).

Géopédies

[IS]Landes — variation archipélique

Sentipensées

Landes de GascogneGéographie olfactiveBuen Vivir

2022 →

Le nom Sentipensées s'inspire de l'expression Sentir Pensar (Sentir-Penser), rapportée par le sociologue colombien Orlando Fals Borda d'un voyage dans le Bolívar. Les pêcheurs rencontrés l'utilisaient « pour insister sur l’importance de penser avec le cœur et de sentir avec la tête. »

L'hypothèse défendue ici est que l'habitabilité d'un lieu est étroitement liée aux interactions bio-géo-chimiques de son écosystème. Et que c'est en prêtant attention aux dimensions « respiratoires » des milieux et aux sensations psychiques, physiques et olfactives qui leur sont associées que l'on pourra élaborer des indicateurs de « qualité de vie » alternatifs et traiter ces milieux en conséquence.

Les Sentipensées la traduisent dans plusieurs formes : celle du soin, des liens intimes et mémoriels entre les sols, les sous-sols et les corps, celle de l'enquête et des cartographies secrètes des lieux aimés et celle de la balade comme fugue dissociative, jusque dans leurs dimensions politiques.

Sentipensées

Prélèvements pédologiques — Doucs de Cazalis — 17.08.2018